top of page

La connaissance du monde associatif, une ressource stratégique

Une Tribune de Floriant Covelli, délégué général de l'Institut français du monde associatif.



L’Institut français du monde associatif a pour ambition de faire connaître et reconnaître le plus largement possible la contribution des associations à la société et à la démocratie, tout en répondant à leurs propres besoins de connaissance. En trois ans, il a déjà soutenu vingt-trois nouvelles recherches (1). Une large consultation (2) prolongée par des workshops mobilisant une centaine d’acteurs et de chercheurs nous a permis d’identifier de grands enjeux de connaissance pour le monde associatif et ses partenaires. Trois grandes thématiques concernent particulièrement le métier du fundraising. Explications.


Démontrer la valeur sociétale du monde associatif

Quelle est la part de l’intérêt général prise en charge par le monde associatif ? Comment transforme-t-il la société ? Désireuses d’être pleinement reconnues pour leur poids économique (3), les associations expriment également le besoin que leur contribution sociétale soit mieux connue. Répondre à ce vaste besoin invite à dépasser l’unique mesure d’impact, pour s’intéresser à l’ensemble de la valeur créée et aux processus de transformation au sein du monde associatif : leur capacité d’innovation sociale, à interpeller les politiques publiques, à transformer les perceptions sociales, à créer du lien social, ou encore à proposer des espaces délibératifs. Les associations demandent donc à être mieux outillées pour mesurer la valeur qu’elles créent. C’est une condition pour renforcer le dialogue entre le monde associatif, ses partenaires et ses donateurs, et pour appuyer des environnements institutionnels plus favorables.


Les associations, des laboratoires d’innovation sociale

La recherche devra également révéler pleinement la capacité d’innovation des associations, encore trop mal reconnue et soutenue. Des approches historiques et sectorielles mettraient en lumière les avancées sociales et les grandes politiques publiques inspirées par les associations, comme dans les domaines du handicap, des maladies rares, ou de l’environnement. Par ailleurs, une meilleure compréhension des processus et conditions de leur innovation sociale permettrait aux associations de renforcer la reconnaissance par leurs partenaires publics et par les acteurs de la philanthropie de cette fonction essentielle pour accompagner les mutations de la société et faire évoluer les frontières de l’intérêt général.


Démocratie, gouvernance et engagement associatifs

Alors qu’une vague de défiance bouscule les démocraties occidentales, le rôle de corps intermédiaire producteur de confiance joué par les associations, pourtant majeur, est

encore peu connu. À ce titre, les modes de gouvernance participatifs et ouverts sur leur environnement semblent particulièrement intéressants à étudier, comme outils de coopération et de mobilisation de leur écosystème dans une forme de démocratie territoriale délibérative et contributive. Par ailleurs, l’engagement est peu analysé dans sa contribution à la valeur créée par les associations, de même que dans les mutations qu’il traverse, vers des formes plus horizontales, plus informelles, plus spontanées et plus ponctuelles. Les associations s’interrogent, enfin, sur l’environnement numérique et sa mutation : sont-ils de nature à dynamiser la vie associative et démocratiser la vie publique, ou à l’inverse, constituent-ils une menace sur le lien associatif et sur la délibération collective ? Les apports de la recherche à l’ensemble de ces questionnements aideront à mieux situer les associations comme des leviers face à la crise de représentativité. C’est un enjeu d’avenir pour le plaidoyer vis-à-vis des partenaires et donateurs du monde associatif. À partir de l’identification de ces besoins, l’Institut a commencé à produire et diffuser des connaissances scientifiques réellement utiles aux acteurs associatifs et à leurs partenaires, y compris la communauté des fundraisers à travers une collaboration avec l’Association Française des Fundraisers.



(1) Les recherches sont présentées sur le site internet de l’Institut (https://institutfrancaisdumondeassociatif.org), rubrique « À la une », sections « Lauréats de l’appel à projets 2019 » et « Lauréats de l’appel à projets 2020 ».


(2) Covelli, F. (2020, 1er décembre). Première enquête sur les besoins de connaissance du monde associatif. Juris associations, 629, 14.


(3) 1,5 million d’associations, 1,85 million de salariés, 22 millions de bénévoles, un budget de 113 milliards d’euros (Tchernonog et Prouteau, 2019 ; Le paysage associatif français – Mesures et évolutions, 3e éd.).


Comentarios


bottom of page